Accès au premier article

Veuillez patienter...

11 avril 2016 - Bilan

Nous profitons du transit à l'aéroport d'Amsterdam pour faire un rapide bilan chiffré :
  - 4 1/2 mois de voyage
  - 9 pays visités (Mexique, Guatemala, El Salvador, Honduras, Nicaragua, Costa Rica, Panama, Colombie et Equateur)
  - 6 261 km à vélo
  - 102 jours de vélo
  - 97 hôtels différents
  - 0 col "officiel" franchi malgré des centaines de kilomètres de montées
  - 0 panne matériel
  - 6 crevaisons
  - 6 journées d'averses
  - 3 trajets en bateau ou ferry
  - 3 trajets en bus
  - 1 liaison en avion (Panama / Colombie)
  - 2 ou 3 "touristas" qui ne nous auront pas empêchés de rouler
  - 50 à 100 piqûres d'insectes pas toujours identifiés (moustiques, puces, ...)
  - 1 agression à l'arme blanche dans une rue de Popayán en Colombie
  - 1 tentative de vol à Panama (sac à dos de Josée ouvert au cutter)


Cultivons la culture.
Quelques produits alimentaires originaires d'Amérique Centrale ou du Sud :

  - Tomate
  - Maïs
  - Ananas
  - Arachide
  - Pomme de terre
  - Cacao, Chocolat
  - Haricot vert
  - Fève
  - Quinoa
  - Vanille
  - Avocat
  - Courgette, Potiron, Citrouille
  - Piment, Poivron
  - Topinambour
  - Lupin (ou tramousse)

Les croissants de lune n'ont pas la même allure en Europe que sous l'équateur.

Les vélos sont bien emballés. Nous avons opté pour une bâche transparente car nous savons que les contrôles à l'aéroport de Guayaquil sont sévères.

Facile de glisser les vélos compactés dans le coffre d'une berline !

Malgré la taille réduite des bagages, KLM nous taxe de 224 US$ pour l'embarquement des 2 vélos !

8 avril 2016 - Equateur (Guayaquil, Salinas)

L'arrivée à Guayaquil s'est faite en bus comme nous le faisons quelques fois pour entrer dans les grandes agglomérations.
Dans trois jour nous prendrons l'avion de retour vers la France. L'emballage des vélos ne nous a pris que quelques heures car nous sommes bien entraînés à cet exercice que nous avons déjà pratiqué 20 fois (x 2 vélos = 40) depuis Madagascar en 2003 !
En attendant le départ, nous prenons 3 jours de "vacances" au bord de l'océan dans la station balnéaire de Salinas.


Les Andes sont bien derrière nous. Nous faisons des journées de plus de 100 km dans une plaine très agricole. Ici la route longe une plantation de tecks.

Une bananeraie.

Quelques kilomètres entre les palmiers à huile.

Des cabosses de cacao.

Et même des rizières.

Sans oublier le maïs qui est originaire d'Amérique du Sud.

Le rio Quevedo.

La plaine est inondée. Même le riz trouve qu'il y a trop d'eau.

Nous sommes en saison des pluies et l'eau qui descend des Andes inonde régulièrement cette région plate.

La cathédrale de Babahoyo, Nuestra señora de la Merced.

Encore un panneau routier qui restera mystérieux.

Nous voici à Guayaquil qui fut déjà la ville de fin de voyage en avril 2014.

Un vélo en kit et bien compact.

Fin de voyage à Salinas pour du tourisme sans vélo.

Après plus de 4 mois sur les routes nous nous offrons 3 jours de farniente au bord du Pacifique.

Evidemment si la ville s'appelle Salinas c'est bien parce qu'on y trouve des salines !

2 avril 2016 - Equateur (Santo Domingo)

Plus de temps à perdre, notre avion de retour part de Guayaquil le 11 avril.
En deux étapes humides nous arrivons à Santo Domingo après quelques passages à plus de 3000 m et surtout une fabuleuse descente de 83 km.

Départ de Quito sous la pluie.

Ciel très chargé au-dessus d'Aloag. Dans ces nuages se cache le volcan Cotopaxi qui culmine à 5897m.

Dernière montée pour passer à 3163 m d'altitude.

Contrairement aux paysages rencontrés avant Quito, nous sommes dans une campagne très verte.

Le sommet est atteint...

... en récompense nous avons droit à une longue descente : 83 km, pratiquement sans pédaler, pour atteindre Santo Domingo.

De 3163 m nous allons descendre jusqu'à 550 m d'altitude.

Freiner, freiner, freiner... c'est fatiguant aussi !

Bien prendre ses virages afin d'éviter une sortie de route qui ne pardonnerait pas.

Avez-vous remarqué que la route est déserte ?

Le Diablo de Tandapi.

Entre 1700 et 1100 m nous retrouvons quelques caféiers.

Les pluies des derniers jours ont bien alimenté les torrents et cascades.

Au km 67 la route est coupée à cause d'un glissement de terrain. C'est la raison pour laquelle la route était pour nous seuls.

L'affichage des 3 zéros est toujours un moment de satisfaction.

Arrivée à Santo Domingo sous la pluie.

30 mars 2016 - Equateur (Quito)

A 2850 m d'altitude, Quito est la plus haute capitale au monde. Nous vous rappelons que la capitale officielle de la Bolivie n'est pas La Paz (alt 3660 m) mais Sucre (alt 2790 m).
Nous faisons de belles visites du centre historique en nous réfugiant dans les églises et les musées au passage des averses.


La Basílica del Voto Nacional est la plus grande église néogothique d'Amérique du Sud.
Son architecte s'est inspiré de la cathédrale de Bourges.

Ne vous fiez à aucune des deux horloges car la photo a été prise à 10h30.

La statue en aluminium de la Vierge sur le mont Panecillo, vue du musée de la Ciudad.

Le théâtre Sucre.

La ville est bâtie sur les flancs du volcan Guagua Pichincha.

La Virgen del Panecillo domine le centre historique de Quito.

Quito détient le plus grand centre colonial historique (et le mieux préservé) de toute l'Amérique du sud.

Ce soir, foot entre la Colombie et l'Equateur. Le jaune, couleur de l'équipe nationale, est de rigueur.

Malgré le soutien de la population, le match se terminera par la victoire de la Colombie 3 contre 1.

Délicieux chirimoyas.

Les coupoles de l'église de la Compagnie de Jésus.

Concert matinal sur les marches de la cathédrale.

La façade de l'église de la Compagnie de Jésus.

L'église de La Merced (ordre religieux catholique).

Le cloître
du couvent San Francisco... sous la pluie.
La pierre tombale de Cantuña, indien mystérieusement enrichi qui participa au financement de la construction du couvent San Francisco.